12 août 2008

Surveillance - De Jennifer Chambers Lynch


" Evidence....vi.d.ence ...Violence"
Surveillance
Un film de Jennifer Chambers Lynch
avec Julia Ormond, Bill Pullman...

Présenté en Sélection Officielle, hors compétition au Festival de Cannes 2008

Synopsis
Deux agents du FBI arrivent dans une petite ville perdue pour enquêter sur une série de meurtres. Ils retrouvent sur place trois témoins : un policier à la gâchette facile, une junkie complètement déconnectée et une petite fille de huit ans encore sous le choc.

Au cours des interrogatoires, les agents découvrent rapidement que les témoins donnent chacun une version différente des faits, dissimulant manifestement une partie de la vérité.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

On attaque en force, scène de nuit et agression sauvage et sanguinolente, un tueur psychopathe traine dans la région et apparemment il vient encore de frapper.
Autre lieu, une route, sur celle-ci patrouille la police locale, deux flics à la limite, aux jeux dangereux.
Sur cette même ligne droite navigue un couple de jeunes défoncés, plus loin devant eux c’est une famille sur la route des vacances. Tout ce petit monde va se croiser, tomber d’abord entr les sales pattes de nos deux policiers fans de la gâchette, et enfin tous atterrirons dans les crocs de notre vilain psychopathe.
Ces faits nous les découvrons en remontant à plusieurs reprises, par flash-back, le cours de l’histoire. Deux agents du FBI arrivés sur place, organise un interrogatoire filmé, dans les règles de l’art, lequel d’ailleurs, l’art cinématographique, la griffe du cinéma de papa.
Interrogatoire, visions multiples des faits, et enfin la vérité et un dénouement très particulier, voila de quoi passer un moment agréablement frissonnant, légèrement tendu, le tout parfois un peu « too much » . Au mot fin le film est digéré..et presque oublié avec une impression de déjà vu !
Excessif.Com "Elle amplifie désormais sans remords la violence que ce soit dans les dialogues et les situations, d'une verdeur et d'une trivialité totalement assumées. Un amusant trompe-l'oeil puisque Surveillance ne révèle sa vraie nature qu'en fin de parcours : une histoire d'amour viscéralement romantique (mais d'un romantisme brûlant et hardcore) qui jouit de l'absence de morale. Dans le désert estival, on peut se réjouir d'une telle incorrection..."
àVoir-àLire.Com "....Cette œuvre perverse, qui réfléchit sur le mal et sur les dérives du pouvoir, se laisse agréablement regarder malgré un manque d’envergure et un final maladroit..."
CommeAuCinema.Com "..Surveillance est donc une enquête qui fonctionne avec un scénario bien huilé. Le spectateur est pris par la main pour être guidé jusqu’à une surprise finale (qu’il est possible de deviner avec quelques indices), le chemin est balisé et efficace. C’est peut-être cette impression qui fait ressembler Surveillance à un bon film de série B...."

2 commentaires:

Pascale a dit…

Pas mal du tout quand même, j'ai trouvé !

Kilucru a dit…

Oui, mais il y manque une certaine dimension ...
par ailleurs les deux flics ripoux sont vraiment limites..
mais bon je préfère le cinéma du papa...
même si ici l'intrigue est finalement assez limpide et que nous ne sortons pas de la salle la tête pleine de point d'interrogations..

Perso j'aime cela les ?????

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...