14 mars 2008

Julia Réalisé par Erick Zonca


Julia
Réalisé par
Erick Zonca

Avec Tilda Swinton , Saul Rubinek , Kate del Castillo , Aidan Gould , Jude Ciccolella ...

Présenté en compétition au 58ème Festival International Du Film De Berlin 2008

Julia ( Tilda Swinton ), 40 ans, est une femme alcoolique, grande gueule, menteuse, manipulatrice, une femme au bout du rouleau malgré son apparence encore flamboyante. Entre deux hommes et deux verres de vodka, elle ne reçoit d’attention que de la part de son ami Mitch qui tente de l’aider. Une aide dont elle n’a que faire, tant la confusion due à l’alcool la conforte chaque jour dans l’idée que la vie a été injuste avec elle, qu’elle n’est pas responsable du gâchis de son existence. Entrevoyant sa perdition et à la suite de sa rencontre avec Elena, une Mexicaine, Julia se convainc, autant par panique et désespoir que par avidité, de commettre un acte violent. Commence alors une fuite en avant ....
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Julia descends les verres aussi vite qu'elle aligne les rencontres d'un soir, les matins ,les réveils difficiles , parfois auprès d'un inconnu. Son compte en banque en pâtit et lorsque son boss la remercie, son efficacité au travail gommée par son addiction à l’alcool, sa rencontre avec une abonnée des alcooliques anonyme et le marché qu'elle lui propose, elle entrevoit une sortie de crise et un moyen de se remettre en fonds.
Julia a de la ressources, elle est dure et rusée, nerveuse aussi, le plus dur garder son calme et limiter le nombre de verres.
Julia va alors s’embarquer dans une aventure, kidnapping, fuite, traversé de l’état, étendues désertiques, frontières Mexicaines, oui mais nous ne sommes pas chez les frères Coen, réalité et dure condition humaine. les obstacles qui se dressent sur sa route, Julia ruse, affronte, pas apte à abandonner son colis qui vaut de l’or..
Mais son maquillage petit à petit s’estompe, révélant les traits volontaires, tendus vers le but récupérer cette foutu rançon.
Mais qu’elle est longue et dure la route jusqu’au magot, peuplée d’embuche et de retournement de situation. Ici il arrive que même les serpents se mordent la queue. .un comble ..


Mi thriller, mi road-movie, la caméra s’attache aux personnes, sait se faire rapide, comme dans toute la partie mexicaine, voire amicale et douce comme cette scène dans la maison mexicaine où le gamin assiste au réveil de sa kidnappeuse ! Rare instant de complicité.
ha et puis je vous en ai assez dit, résumer deux heures vingt de films, jamais trop long, Erick Zonca observe ses acteurs avec justesse, dresse un somptueux tableau de Julia, exploite les décors , des bars du début, aux chambres d’hôtel, de motel, enfin du Mexique, Tijuana .
Et toujours Julia, Tilda Swinton éblouissante, sa mutation s’affichant sur ses traits de la femme incendiaire du début à la combattante endurcie .
Voila beaucoup de choses encore à découvrir dans ce nouveau Zonca, cela valait la peine d’attendre.
Excessif.Com "..Julia est ce qu'on appelle un Road Movie, à savoir un film qui avance en accompagnant ses protagonistes. C'est sans doute aussi un thriller, en raison de son point de départ, et peut-être également une étude de moeurs, dans la mesure où Zonca accorde une attention particulière à ses personnages, même si c'est toujours par rapport à celui qu'incarne Tilda Swinton. Il ne la lâche jamais et il a raison, car c'est elle qui donne son souffle à ce voyage au bout de l'enfer..."
CommeAuCinema.Com "..Les premiers plans enivrés nous propulsent direct dans la vie, la vraie, celle de Julia. C’est avec une rare légèreté, qu’il nous embarque à bord d’un road-movie effréné et chaotique..."


Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...