20 janvier 2008

Lust, Caution - Un film d'Ang Lee


Lust, Caution
Un film d'Ang Lee
avec Tony Leung, Tang Wei, Joan Chen, Wang Lee Hom..
Lion d'Or au Festival de Venise 2007
Synopsis
Dans les années 1940, alors que le Japon occupe partiellement la Chine, la jeune étudiante Wong (Tang Wei) est chargée d'approcher et de séduire Mr Yee (Tony Leung), un chef de la collaboration avec les Japonais que la Résistance veut supprimer. Rapidement, la relation entre Wong et Mr Yee devient plus complexe qu’elle ne l'avait imaginé.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Encore une fois, après « Le secret de Brokeback Mountain », maintenant « Lust Caution », et deux fois la même sensation. Si j’adhère au scénario, quelque chose dans la réalisation me retient, gâche une partie du plaisir. Impression étrange d’avoir tous les ingrédients nécessaires, mais…Quoi alors ?
Cette « griffe Hollywood »et sa pointe d’excès, des décors trop appliqués, trop nets, trop de moyens tue l’effet recherché ! Et comme pour Brokeback Mountain , le sentiment qu’il réside ici ou là, un anachronisme, rien de flagrant non juste un ressenti, comme si les sentiments ne collaient pas à l’époque pressentie ou vice-versa !
Sinon je garderais en tête les corps à corps fiévreux mais là encore malaise, comme un pillage, pour effectuer un collage. Un bout du « Dernier Tango » de Bertolucci accouplé à un chouia de Breillat, et plus précisément une image de deux corps assemblés qui semble directement extraite d’ « Une vieille maitresse ».
Voila je n’arrive pas à me sentir suffisamment dépaysé, reste une belle histoire, d’un sacrifice, d’un amour sacrifié et d’un bourreau qui pleure.

Excessif.Com "..Ainsi, pour retrouver la ville d’alors, le tournage s’est donc offert des décors simplement impressionnants au point que l’on pouvait « regarder jusqu'en haut d'une rue entière, puis de l'autre côté, jusqu'en bas d'une autre.» ..."
CommeAuCinéma.Com "...Une grande saga chinoise, d'une splendeur éblouissante !.."

2 commentaires:

Lorribloggi a dit…

J'ai bcp aimé...mais le "pillage" n'a duré, quoi? 10 minutes sur le films entier...

Kilucru a dit…

@ lorribloggi : hormis ce "pillage", non trop hollywoodien pour moi...je pense par exemple à THREE TIMES De HOU HSIAO HSIEN, film auquel je n'avais pas immédiatement adhéré ...et qui chemin faisant s'était imposé...ici j'ai le terme "pacotille " qui me vient à l'esprit ..
mais bon ce n'est que mon humble avis, "misérable petit vermicelle" que je suis, lol !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...