09 avril 2006

Wassup Rockers de Larry Clark

WASSUP ROCKERS
Réalisé par Larry Clark Avec Jonathan Velasquez, Francisco Pedrasa…
"Aficionados de la culture punk, de jeunes latinos vivent dans un ghetto du centre sud de Los Angeles. Leur ambition ? Zoner et se faire un maximum de nanas. Un jour, pour contrer l’ennui, nos amis vont faire du skateboard à Beverly Hills. Sous les regards méprisants des habitants du quartier. Ils parviennent à rencontrer deux nanas riches qui ont le feu au cul. Ce n’est que le début des festivités…(Source excessif.com)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Nous allons des le debut du film faire connaissance avec ce petit groupe d'ados, des latinos adeptes du jean moulant, portants les cheveux longs et surtout adorateurs du skate.
Ils ne detestent pas, bien au contraire la musique qui crache, destroy style punk hardcore qu'ils pratiquent eux-meme au sein d'un petit groupe disons garage, kéroséne pour pousser sur la planche.
Fureur de la musique, vitesse du skate, et la chasse favorite ici pas de course à la came, ou à l'argent mais plutot à la nana.Bref rien que de tres sain et normal pour de jeunes ados.
mais la vie dans le ghetto de Los Angeles n'est pas toujours facile, et aussi parfois l'ennui s'installe meme si le skate permet de garder une vie saine.
Nous suivons toute cette premiere partie bien rythmée, non dépourvu d'humour, bref des jeunes kids bien dans leur tete et le skate y est pour beaucoup, voir ici l'interview de Larry Clark.


la deuxieme partie ou la recherche de nouveaux spots pour le skate, debute par une belle exhibition, et une avalanche de gadins et puis la rencontre avec les filles des beaux quartiers de Beverly Hills (rien que cela..) ,une premiere embrouille avec un flic, ou l'on s'apperçoit que l'équipe n'est pas si soudée et qu'en cas de pepin....on voit aussi le fossé social et ethnique, comme au debut du film ou communaute noire et hispano s'accrochent volontiers.

Voila je vais pas raconter tout le film, l'adolescence, ici elle est clean (j'ai pensé à Quadrophenia des Who, et d'autres choses aussi...l'ai meme vu les harley de "L'équipée sauvage" ..bon là je commence à delirer..

Sachez que ce film bien ancré dans la/une réalité m'a énormement plut.J'espere aussi qu'ils en sortiront une bande son.
Enfin en sortant du ciné je me sentais intensément fatigué, était-ce la pratique de tant de skate, les chutes, ou une legere note de pessimisme qui sur la fin s'installe? Et oui aujourd'hui..mais demain..NO FUTURE ou alors?

Excessif.Com
CommeAuCinema.Com
L'avis de Telerama.


heu un petit jeu...trouvez moi la definition de Wassup Rockers
j'ai pas encore trouvé...bon sang quel week-End....

6 commentaires:

Dr Orlof a dit…

Il me semble que le titre est en fait une contraction de l'interpellation ("What's up, rockers?")que lancent les blacks aux latinos. Je n'en suis pas certain mais c'est l'impression que m'a donné la VO...

Kilucru a dit…

Oui cela semble plus clair comme cela...bien que je ne me risquerais pas à traduire ladite expression...

Anonyme a dit…

Film moyen, caricatural, peu profond, mal rythmé. Pourtant, pas mal de potentiel à la base, ne serait-ce qu'au niveau du scénario et de l'idée initiale, qui se retrouve pourtant mal exploité et qui sombre dans des clichés affligeants ( la scène de la fête du producteur de film gay à Bervelly Hills est à gerber, une mise en scène amateur et des stéréotypes vulgaires au service d'un passage dont on aurait très bien pût se passer). Les acteurs sont presque bon, mais pas assez pour qu'on s'y attache. Un film trop plat dans l'ensemble, qui se cherche en permanence et qui pourtant, au détour de quelques scènes, séduit (Voir le passage avec Kiko et la jeune fille friqué de Beverly Hills). Ce qu'il manque pour en faire un bon film? Une touche de poésie urbaine, des dialogues poignants et crédibles, une reflexion plus poussé: En clair une prodondeur d'ensemble.

Esthétiquement, le film est plutot soigné ( les plans très rapproché sont intenses, mais ne collent cependant pas avec la la légéreté ambiante). Les passages de skates sont bien réalisés ( à noter la performance impressionante des acteurs).

Au final Wassup Rocker manque cruellement d'ambition.

Sugar
http://sugarblog.free.fr

Kilucru a dit…

As-tu noté qu'il s'agit principalement "de non-acteur" ou plutot qu'ils ne sont que les acteurs de leur propre vie...maintenant il est vrai qu'en emmenant l'histoire et donc sa petite troupe sur les hauteurs de Beverly,Larry Clark échappe là au cote purement vécu ...moi cela ne me dérange nullement et je n'y vois aucune outrance.
Quand à "la touche de poesie urbaine, les dialogues poignants et crédibles.." ben, nous sommes en plein dedans... meme que le gars(debut du film) qui git flingué à bout portant s'en serait bien passé...

Anonyme a dit…

Wassup est la contraction de what's up, littéralement "quoi de neuf?", wassup doctor (bugs bunny).
R

Kilucru a dit…

merci anonyme R pour cette précision !
Je garde un excellent souvenir de ce film, et j'ai depuis acquis la B.O, une musique péchue, punky en plein et drolement bien ;o)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...